Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Jea Raspail au Salon du livre de Versailles
Dim 5 Nov - 19:39 par Patrick Demange

» Bienvenue à MaximeBelin!
Mer 27 Sep - 16:02 par Admin

» Présentations
Lun 25 Sep - 22:00 par MaximeBelin

» Bienvenue à Matteo et obruzek!
Dim 3 Sep - 20:08 par Admin

» Saison III - Poste Royale de Wulaia (Poste du Tonneau)
Dim 20 Aoû - 7:21 par Williwaw

» Bienvenue à Autre et kolsco!
Mar 15 Aoû - 20:50 par Admin

» 20000 Messages !
Mer 26 Juil - 13:04 par Admin

» Pèlerinage à Tourtoirac …
Lun 24 Juil - 14:15 par Williwaw

» Bienvenue à Frederico!
Sam 22 Juil - 10:11 par Admin

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland



La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

boujaron ...

Message par ferney le Jeu 16 Oct - 19:25

André-Yves Bourgès a écrit:
François Bérard a écrit:Envoyer les tarifs, comme il y va, notre cher Ronan.
Il faudrait surtout qu'il commence par envoyer quelques échantillons....

Boira-t-on
ces échantillons
dans un boujaron ?

AYB

Excellente remarque mais un boujaron, ce n'est que 6 centilitres, ce qui était la ration de base quotidienne d'alcool du marin. Pour un St Chinian, cela devrait mériter plus ... n'est-ce pas, Ronan ??
On s'éloigne un peu du sujet consacré, il faut le rappeler, à la place de nos compagnes dans l'oeuvre de notre Consul Général (s'il lit le Forum, il va se poser quelques questions) ... Mr l'Admistrateur, tout est permis mais avec modération.
avatar
ferney
Commandeur de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 1158
Localisation : Ferney-Voltaire
Date d'inscription : 29/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

encore moi ...

Message par ferney le Jeu 16 Oct - 19:32

Désolé mais aprés quelques boujarons (de trop ??) ... je me suis adressé à 'Mr l'Admistrateur, tout est permis mais avec modération' ... il s'agit bien de 'Mr l'Administrateur' : un boujaron doit faire plus que 6 centilitres ...
avatar
ferney
Commandeur de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 1158
Localisation : Ferney-Voltaire
Date d'inscription : 29/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Ronan le Ven 17 Oct - 7:48

Permettez-moi donc l'inélégance d'une réponse collective.

Effectivement Clémence, je compte bien que votre sentiment national vous pousse à accroître votre consommation de manière à vivifier notre économie. Ce faisant, vous reconnaîtriez le travail de plusieurs générations ayant courbé le dos pour élever cette vigne et en tirer l'elixir heureux qui réjouit le coeur de l'Homme.
Grégoire permettra que je ne réponde pas à son ignomineuse attaque à l'encontre de cette magnifique entreprise à laquelle j'ai le bonheur d'appartenir...
Pour Ferney et André-Yves, le boujaron me semble un peu chiche. Je crains que nos palais ne puissent prétendre avoir décelé toutes les subtilités de ce doux brevage à cette seule mesure.
Pour François enfin, que sa prudence honore puisque cette vigne se nourrit tout de même d'une terre cathare, j'interroge ma parenté pour connaître les salons auquels elle se rendra dans la capitale.

_________________
Ronan.
Infatigable Arpenteur des Sentes de l'Inutile
Rhapsode Inspiré des Terres Australes
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Poutrelle de Niort
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des 21 du 18 septembre 2010

L'homme sage se crée plus d'opportunités qu'il n'en trouve.

Vive le Roy.
avatar
Ronan
Commandeur de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 1421
Age : 42
Localisation : Niort (79)
Date d'inscription : 07/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://rsquelv.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Clémence le Lun 1 Déc - 8:49

Après la parenthèse viticole de Ronan, je reviens au sujet qui correspond au titre : les femmes. Normal.

Je dois dire qu'à ce stade -peu avancé encore - de mes lectures raspaliennes (oui Ferney !), je "désespère" de trouver une figure féminine on va dire "normale", si tant est que ça puisse exister, je veux dire une femme "normale"...

Explication :
La plupart des femmes que j'ai rencontrées dans les romans de Raspail sont des mégères : Zulma, Marie, Hélène dans Moi, Antoine de Tounens sont des monstres ; Sainte Catherine de Sienne et Sainte Brigitte de Suède, dans L'anneau du pêcheur, sont des harpies comme on n'en fait pas ; et dans les nouvelles, elles en prennent aussi pour leur grade, avec souvent des réflexions du genre : « Les femmes n’ont pas la nature sensible au grandiose. ». Quand ce n'est pas : « Femme ! Femme ! Cercueil de chair… ». No comment...
A l'opposé, on trouve une image trop positive, idéalisée, dont j'ai déjà parlé avec la Ségolène du Jeu du Roi, et que l'on retrouve dans Moi, Antoine de Tounens, où la reine d'Orélie-Antoine Ier est un rêve, mélange de toutes les femmes qu'il a croisées et qu'il nomme invariablement Véronique, à tel point que cela finit par devenir comme un nom commun : encore une véronique ! Il semble épouvanté par les femmes, dans le roman, notre roi, et en préfère nettement l'idée à la réalité. Sans vouloir insister c'est très rom.... bref.
Peut-être que dans Sire il y en a une un peu plus "vraie" ?

Cela dit, ce n'est pas grave, je ne lis pas Jean Raspail pour y trouver des histoires de femmes (sinon je lirais autre chose), et n'allez pas vous imaginer que je fais ma féministe de base. Que nenni ! Seulement c'est amusant à constater. Et assez instructif aussi.

_________________
Muse de l'Ordre des Baladins du Royaume
Charmant Cerbère du Dédale Fuégien
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Décorée de la Commémorative de Tourtoirac

"Que dites-vous ?... C'est inutile ?...Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !"
                                              Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
avatar
Clémence
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2287
Age : 46
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 27/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Yann Le Mat le Lun 1 Déc - 21:13

Clémence a écrit:je "désespère" de trouver une figure féminine on va dire "normale", si tant est que ça puisse exister, je veux dire une femme "normale"...
La femme "normale" (existe-t-elle Wink ), c'est peut-être Irène. Mais si le bouquin est un navet, ça devient compliqué, ce sujet !

La plupart des femmes que j'ai rencontrées dans les romans de Raspail sont des mégères : Zulma, Marie, Hélène dans Moi, Antoine de Tounens sont des monstres ; Sainte Catherine de Sienne et Sainte Brigitte de Suède, dans L'anneau du pêcheur, sont des harpies comme on n'en fait pas
Les saintes qui sont des harpies, j'hésite un peu, tant les deux concepts me paraissent assez éloignés... ; Zulma, Marie, Hélène, connaît pas encore, vous dirai plus tard;

« Femme ! Femme ! Cercueil de chair… ». No comment...
Là, j'ai tendance à perdre mon sens de l'humour.

Ségolène du Jeu du Roi
Embarassed ... pale

Véronique, à tel point que cela finit par devenir comme un nom commun : encore une véronique !
Ben c'est déjà un nom commun, mais en tauromachie. OK, rien à voir, je remballe ;

Peut-être que dans Sire il y en a une un peu plus "vraie" ?
Marie, la soeur de Pharamond dans Sire se rapproche plus, à mon sens, des femmes Pikkendorff, qui dans le genre harpies, se posent un peu là : des femmes de tête, souvent vieilles filles et on comprend pourquoi. Mais bon, il faut y voir le poids de la tradition : quand les preux chevaliers, teutoniques ou pas, s'en alloient guerroyer à la Croisade, il falloit bien que quelqu'un fassoit tournoyer, pardon, tourner la boutique. La femme n'a jamais eu autant toute sa place qu'à cette époque lointaine et bénie tongue.

Par ailleurs Marie, soeur de Pharamond, développe, au grand désespoir de son confesseur, une attitude revendicatrice à l'égard du Très-Haut, considérant que le Bon Dieu est redevable à l'égard du roy de France. Concept intéressant à cogiter, quoique choquant si on l'envisage sous l'angle spirituel. Je dois avouer que cela m'a un peu gêné.

Enfin, au contraire des femmes Pikkendorff (Zara la guerrière, celle qui chasse les sous-marins, la tante Maria et son journal, la cousine du Val-de-Grâce) qui agissent et mènent les hommes, Marie représente la muse du pouvoir, qui soutient l'homme dans son combat, mais reste en retrait, illustrant l'adage selon lequel derrière chaque réalisation masculine, il y a une femme.

_________________
king
Vive le Roy !

Yann
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
avatar
Yann Le Mat
Officier de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 706
Age : 43
Localisation : Nouvelle France
Date d'inscription : 25/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lematfamily.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Clémence le Mer 7 Jan - 10:03

Je viens de commencer Hurrah Zara, et ça promet ! Le début m'a beaucoup fait rire, mais là encore, les femmes Pikkendorff, ça dépote !

_________________
Muse de l'Ordre des Baladins du Royaume
Charmant Cerbère du Dédale Fuégien
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Décorée de la Commémorative de Tourtoirac

"Que dites-vous ?... C'est inutile ?...Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !"
                                              Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
avatar
Clémence
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2287
Age : 46
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 27/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Ronan le Mer 7 Jan - 11:13

Et vous n'en n'êtes qu'au début !!!!

_________________
Ronan.
Infatigable Arpenteur des Sentes de l'Inutile
Rhapsode Inspiré des Terres Australes
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Poutrelle de Niort
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des 21 du 18 septembre 2010

L'homme sage se crée plus d'opportunités qu'il n'en trouve.

Vive le Roy.
avatar
Ronan
Commandeur de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 1421
Age : 42
Localisation : Niort (79)
Date d'inscription : 07/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://rsquelv.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Admin le Mer 7 Jan - 15:21

Je crois l'avoir dit par ailleurs mais "Hurra Zara!" me semble incontournable pour qui souhaite avoir un beau et bon panoramique de l'oeuvre de Jean Raspail.

_________________
Pierre

Que Vive le Royaume!

"Il faut bien tenter de se rejoindre. Il faut bien essayer de communiquer avec quelques-uns de ces feux qui brûlent de loin en loin dans la campagne."
                                                       A. de Saint -Exupéry

"Si peu de choses dans les mains et tant à portée de la main..." Hélie Denoix de Saint Marc

"son cosas de Patagonia"

Vice-Consul au Beausset-en-Provence, son Ermitage, la Reppe et ses affluents, la Darbousse et la Capucine

Co-Président, Grand maître-Queux du Cercle Royal des Gastronomes Patagons

Décoré de la Commémorative de Tourtoirac

Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des 21 du 18 septembre 2010
avatar
Admin
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2381
Age : 46
Localisation : Le Beausset
Date d'inscription : 18/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://royaume-de-patagonie.meilleurforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Elena de Pikkendorff

Message par Clémence le Sam 7 Fév - 16:38

La flamboyante Elena, « cette grande fille superbe, séduisante et fière de l’être. » (p179) est sans doute la plus singulière des femmes. Elle ne fait rien comme personne : « Sans ses extraordinaires dons de marin, sans doute n'eût-elle pas vraiment compté - il y avait d'autres jolies femmes à bord de ces grands yachts -, mais une fois que l'on avait remarqué avec quelle étonnante maîtrise elle menait sa coquille de noix et qu'on s'apercevait que c'était une fille superbe qui manœuvrait de cette façon, soulevant l'enthousiasme des connaisseurs, à une époque où aucune femme n'était tolérée à la barre d'un navire, petit ou grand, alors l'effet que produisait sa beauté s'en trouvait immédiatement décuplé. Cette beauté-là, en 1905, n'était pas dans son emploi. » (p155)

A bien des égards, elle fait penser à Ségolène (du Jeu du Roi je précise), avec son côté « garçon manqué », et le fait de paraître n’avoir besoin de personne, d’être si sûre d’elle. Elle domine tout le monde : « Elle se faisait une haute idée d’elle-même. Ce n’était pas affaire d’orgueil, mais simple constatation. Elle avait parfaitement conscience de ce qu’elle représentait pour un homme. » (p163)

Son histoire d’amour avec Ulrich nous renseigne assez sur ce qu’est cette femme. Elle aima Ulrich, jusqu’à ce qu’il la déçoive en détruisant les voiliers avec son U36. J’ai beaucoup aimé le passage de la colère froide d’Elena quand elle apprend que son amant va conduire des sous-marins, avec le fameux « Toi ! » décodé par Frédéric : « Toi, un marin ! Ou bien : toi, que j’ai aimé ! Ou peut-être : toi, que j’ai jugé digne de m’aimer ! Ou encore : toi qui m’as aimée et qui m’aime toujours et qui le sais. Ou plus simplement : toi que j’aime ! » (p196) Le caractère entier d’Elena ne peut supporter la lâcheté, elle ne peut continuer à aimer celui qu’elle n’admire plus, qui trahit la mer en détruisant les « cathédrales de toile » qui l’ennoblissent. (les pages 250-251 insistent bien : Elena fait la guerre à ceux qui coulent les voiliers, en fait à ceux qui n’aiment pas la mer. Les liens du cœur et du sang qui l’unissent à Ulrich comptent moins.)
Elle finira donc par le couler (p259), ce qui est quand même assez sublime, et très romanesque, mais « vrai » dans le sens des sentiments.

Pour Frédéric, Elena reste un idéal, une sorte d'icône qu'il essaie de retrouver par tous les moyens, même en se leurrant. C'est exactement ce que faisait le roi Orélie-Antoine avec toutes ses "Véroniques". Il y a donc une constante, d'après ce que j'ai pu observer pour l'instant, dans les romans.

_________________
Muse de l'Ordre des Baladins du Royaume
Charmant Cerbère du Dédale Fuégien
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Décorée de la Commémorative de Tourtoirac

"Que dites-vous ?... C'est inutile ?...Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !"
                                              Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
avatar
Clémence
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2287
Age : 46
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 27/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Tant que vous ne m'arrêtez pas je continue...

Message par Clémence le Lun 9 Fév - 9:42

Zara, l’actrice, est une femme de grande classe et de tempérament. Déterminée, secrète, mystérieuse, c’est une grande amoureuse : « Il a fallu tout l'amour, la fidélité et l'obstination de la fiancée de l'un d'entre eux, mort depuis, pour se faire entrouvrir la porte de ce tombeau. C'était il y a six ans. Elle fut la seule de son espèce. Pas une épouse, pas une maîtresse n'éprouva ce courage-là. Aucune n'osa. » (p84)


Dans cet étrange cloître du Val-de-Grâce, l’absence de religion est très surprenante. C’est l’amour lui-même qui en tient lieu (on retrouve cela dans Le jeu du roi où il y a une véritable mystique de l'amour). « Elle passait la plupart de son temps assise en silence sur le divan de la chambre, à contempler cet homme qui menait son absurde bataille. » (p97) Car Ugo « était un homme qui n’avait pas renoncé au destin et qui cherchait de toutes les forces de son âme et de sa volonté une dernière porte à forcer. » (p94).
Au début, Zara ne comprend pas bien la nature du défi qu’il s’est lancé avec ce globe terrestre en or, elle ne voit pas qu’en cherchant, par la seule force de sa volonté, à maîtriser « le monde », le mutilé prend sa revanche. La sollicitude de Zara passe pour de l’incompréhension ou de la pitié et fait dire à Ugo : « Vous ne m’aimez pas assez » ; en effet, elle ne lui fait pas assez confiance, elle doute de lui, elle place au-dessus de l’honneur la conservation de la vie (ce qui serait assez féminin), or lui préfère mourir en ayant défié les lois de la physique, que continuer à vivre en n’étant rien. Mais comme l'amour de Zara est véritable, elle se soumet à sa volonté, quitte à le perdre.

(Voir la cohérence de tout ceci avec la devise des Pikkendorff)


Elena, Zara… sont sans conteste les deux femmes les plus impressionnantes du roman. Toutes deux ont un tempérament d’acier, sont également déterminées, secrètes, libres, et surtout naturelles : Zara l’actrice ne joue pas de rôle avec Ugo ; Elena est l’opposée de sa mère mondaine et artificielle (« Elena n’avait rien prévu, rien prémédité. « Il me suffisait d’être moi-même » avait-elle dit à Frédéric… »).
Peut-être est-ce cela qui est plaisant : ces femmes ne se laissent pas dicter leur conduite, fidèles en cela à leur devise familiale, elles savent qui elles sont, et ce ne sont ni les conventions sociales, ni aucune autre considération qui les guident. Elles ont une véritable personnalité, ne sont pas de pâles copies, de gentilles potiches qui font semblant ou, pire, ne se rendent même pas compte qu’elles ne font que suivre le troupeau. Avec la beauté, cela me semble une constante chez les femmes « positives » des romans lus jusqu’à présent.

_________________
Muse de l'Ordre des Baladins du Royaume
Charmant Cerbère du Dédale Fuégien
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Décorée de la Commémorative de Tourtoirac

"Que dites-vous ?... C'est inutile ?...Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !"
                                              Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
avatar
Clémence
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2287
Age : 46
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 27/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Benache le Lun 9 Fév - 18:17

Je ne vous arreterai pas, mais sachez que je n'ai pas le courage de vous lire.
avatar
Benache
Officier de l'Etoile du Sud

Nombre de messages : 67
Age : 40
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Clémence le Mar 10 Fév - 10:04

Dans le fond, je vous comprends...

Et sinon, tout en smilies, vous auriez préféré ?
Vous avez de la chance que je ne sois pas susceptible...

_________________
Muse de l'Ordre des Baladins du Royaume
Charmant Cerbère du Dédale Fuégien
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Décorée de la Commémorative de Tourtoirac

"Que dites-vous ?... C'est inutile ?...Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !"
                                              Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
avatar
Clémence
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2287
Age : 46
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 27/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Clémence ... surtout n'arrêtez pas ...

Message par ferney le Mar 10 Fév - 15:25

Clémence a écrit:Dans le fond, je vous comprends...

Et sinon, tout en smilies, vous auriez préféré ?
Vous avez de la chance que je ne sois pas susceptible...

Vos commentaires sont des éléments de référence qu'il faudrait transmettre à notre Consul - déjà mentionné d'ailleurs à l'occasion du romantisme dans l'oeuvre de Jean Raspail. Il faut prendre le temps de lire et ce n'est que justice à vous rendre.
Les personnages féminins dans 'Hurrah Zara' sont les plus typiques, les plus intéressants, les plus prenants et attirants (Zara des pizzas n'est pas mal du tout ...), les personnages masculins étant nettement plus 'fadoches', voire même secondaires et décevants, à part quelques figures de haute bravoure militaire. L'ouvrage que j'ai dévoré et aimé bien sûr, devient de temps en temps, un catalogue style 'Who's who' de la gente Pikkendorf qui, comme vous l'avez dit, donne quelques longueurs et on pourrait en fait le considérer comme une simple épopée historico-narrative des Pikkendorf mais il reste néanmoins un élément unique dans la compréhension du monde de notre Consul.
Je lis ' Les Yeux d'Irène' ... l'avez-vous lu ? Jean Raspail a toujours eu besoin des femmes dans ses récits, la gente masculine ne pouvant s'accomplir seule (c'est bien connu 'La femme est l'avenir de l'homme' - Aragon je crois). Pourquoi ? Manque de confiance dans le genre masculin ? Le caractère masculin est-il trop standard ? Autre ? Le vrai rêve ne serait-il pas plutôt du domaine de la femme ? Le vrai accomplissement et instrument de la destinée ne sont-ils pas via les femmes ? L'histoire en regorge d'événements qui ont bien? mal? tourné par les femmes (je ne dis pas 'à cause des ...'). Il est sûr que la femme est plus romanesque que l'homme et cela se fait bien sentir dans les ouvrages de Raspail qui, finalement, est un écrivain 'des femmes'.

A bientôt,
avatar
ferney
Commandeur de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 1158
Localisation : Ferney-Voltaire
Date d'inscription : 29/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par André-Yves Bourgès le Mar 10 Fév - 18:24

ferney a écrit: 'La femme est l'avenir de l'homme' - Aragon je crois

Oui. Le poème a été mis en musique et chanté par Jean Ferrat, qui, en retour, devait recevoir de la part d'un Jacques Brel alors au summum de sa misogynie, une (en)volée dans la pourtant magnifique chanson La ville s'endormait et j'en oublie le nom :

Mais les femmes toujours ne ressemblent qu'aux femmes et d'entre elles les connes ne ressemblent qu'aux connes et je ne suis pas bien sûr comme chante un certain qu'elles soient l'avenir de l`homme.

Pardon à Clémence et aux autres membres féminins du forum ; mais je ne fais que citer un des qui ont eu leur propre Patagonie, en l'occurrence les Îles marquises...

André-Yves Bourgès

_________________
Vénérable Sans Grade Binoclard et Disert, un Tantinet Cuistre
avatar
André-Yves Bourgès
Commandeur de l'Etoile du Sud

Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 11/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.en-bourgesie.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Yann Le Mat le Mer 11 Fév - 19:41

Clémence a écrit:Peut-être est-ce cela qui est plaisant : ces femmes ne se laissent pas dicter leur conduite, fidèles en cela à leur devise familiale, elles savent qui elles sont, et ce ne sont ni les conventions sociales, ni aucune autre considération qui les guident. Elles ont une véritable personnalité, ne sont pas de pâles copies, de gentilles potiches qui font semblant ou, pire, ne se rendent même pas compte qu’elles ne font que suivre le troupeau. Avec la beauté, cela me semble une constante chez les femmes « positives » des romans lus jusqu’à présent.
En ce qui me concerne, je crois, réflexion faite, que le plaisir que j'ai eu à lire ce livre tient à la force des personnages féminins qui y sont présentés. Des femmes de têtes, chefs d'entreprise, volontaires, frondeuses, mais armées de valeurs fortes (quoique à l'aune d'une certaine morale, mais qu'importe !).
Ces femmes provoquent l'admiration, mais, comme je l'ai déjà dit, je copmprends qu'elles n'aient pas de mari (mais en avoir un n'est pas nécessairement dans leur tempérament !).
Frédérick me semble un peu fin de race, comme portant sa famille et son histoire, à la fois comme un fardeau (car se rendant probablement compte de sa propre indignité) et pourtant avec fièreté...
Mais je gallège !

Merci Clémence pour votre pertinente analyse !

_________________
king
Vive le Roy !

Yann
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
avatar
Yann Le Mat
Officier de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 706
Age : 43
Localisation : Nouvelle France
Date d'inscription : 25/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lematfamily.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Clémence le Jeu 12 Fév - 8:16

ferney a écrit:
Vos commentaires sont des éléments de référence qu'il faudrait transmettre à notre Consul
.
Vous êtes toujours bien aimable avec moi, Ferney, mais je ne prétends nullement être une référence : je me contente de partager avec vous tous des analyses qui n'engagent que moi, en espérant qu'elles ne trahissent pas l'esprit de l'oeuvre de Raspail. J'en serais fâchée. Par contre j'apprécie la discussion et la controverse, c'est tout l'intérêt d'un forum, et pardon au passage de balancer des "tartines" mais c'est la déformation professionnelle !

ferney a écrit: Il faut prendre le temps de lire et ce n'est que justice à vous rendre.
Nul n'est obligé de tout lire dans un forum. Pour ma part je lis tout mais je passe beaucoup plus vite quand il s'agit de rugby.


ferney a écrit: Je lis ' Les Yeux d'Irène' ... l'avez-vous lu ?
Non, et ce n'est pour l'instant pas ma priorité. De plus, ce roman ayant été qualifié de "roman de plage", la motivation pour m'y plonger (!) est faible. Cet été à la plage peut-être ?

ferney a écrit: Jean Raspail a toujours eu besoin des femmes dans ses récits, la gente masculine ne pouvant s'accomplir seule (c'est bien connu 'La femme est l'avenir de l'homme' - Aragon je crois). Pourquoi ? Manque de confiance dans le genre masculin ? Le caractère masculin est-il trop standard ? Autre ? Le vrai rêve ne serait-il pas plutôt du domaine de la femme ? Le vrai accomplissement et instrument de la destinée ne sont-ils pas via les femmes ? L'histoire en regorge d'événements qui ont bien? mal? tourné par les femmes (je ne dis pas 'à cause des ...'). Il est sûr que la femme est plus romanesque que l'homme et cela se fait bien sentir dans les ouvrages de Raspail qui, finalement, est un écrivain 'des femmes'.
Je crains de ne pas du tout vous suivre sur ce point : il y a assez peu de femmes dans les romans, et elles sont souvent, à ce stade de ma connaissance de l'oeuvre, soit des sortes de garçons manqués, soit des images totalement irréelles, soit des mégères à peine apprivoisées qui ne comprennent pas du tout les aspirations des hommes qu'elles côtoient. Une petite exception : Zara l'actrice (et la pizzaïola, mais bof...) Cela manque de figures maternelles.
Frédéric Pikkendorff et Antoine de Tounens préfèrent la compagnie de femmes fantasmées, comme si les femmes bien réelles les effrayaient.

_________________
Muse de l'Ordre des Baladins du Royaume
Charmant Cerbère du Dédale Fuégien
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Décorée de la Commémorative de Tourtoirac

"Que dites-vous ?... C'est inutile ?...Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !"
                                              Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
avatar
Clémence
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2287
Age : 46
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 27/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par ferney le Jeu 12 Fév - 9:01

Chère Clémence,

Merci de toutes ces remarques appréciables et appréciées. La femme dans toute oeuvre sera toujours un sujet et de passion et, quelquefois, de patience aussi. Pour les tartines, pas de probléme ... au contraire. Je reviendrai 'à la charge', c'est sûr, mais là j'ai un hadron qui ne veut pas se décoincer. A bientôt,
avatar
ferney
Commandeur de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 1158
Localisation : Ferney-Voltaire
Date d'inscription : 29/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Clémence le Jeu 12 Fév - 9:15

André-Yves Bourgès a écrit:
ferney a écrit: 'La femme est l'avenir de l'homme' - Aragon je crois

Oui. Le poème a été mis en musique et chanté par Jean Ferrat, qui, en retour, devait recevoir de la part d'un Jacques Brel alors au summum de sa misogynie, une (en)volée dans la pourtant magnifique chanson La ville s'endormait et j'en oublie le nom :

Mais les femmes toujours ne ressemblent qu'aux femmes et d'entre elles les connes ne ressemblent qu'aux connes et je ne suis pas bien sûr comme chante un certain qu'elles soient l'avenir de l`homme.

Pardon à Clémence et aux autres membres féminins du forum ; mais je ne fais que citer un des qui ont eu leur propre Patagonie, en l'occurrence les Îles marquises...

André-Yves Bourgès

Ne vous excusez pas AYB, j'ai déjà eu l'occasion de dire que je considérais le machisme et la misogynie avec tout le recul qui s'impose ! Rolling Eyes Juste un mot à au sujet de votre citation de Brel : quand on a dit ça on n'a rien dit.

Vous avez décidément une solide culture dans le domaine de la chanson française, en plus du reste, et c'est bien plaisant !
En revanche, ça tombe mal, je n'aime ni Ferrat ni Brel, et vous n'imaginez pas comme c'est difficile de traverser un cursus universitaire littéraire dans ces conditions, car aimer Brel, Ferrat, Ferré et Cie fait partie du Dogme Culturellement Correct ! Mais j'assume.

Je reviens sur la citation d'Aragon, ce qui me permet de répondre du même coup à Ferney.
La citation exacte est :
"L'avenir de l'homme, c'est la femme.
Elle est la couleur de son âme." (Le Fou d'Elsa, 1962)

Bien évidemment, cette citation dont on nous rebat les oreilles à chaque "journée de la femme" , et que je ne peux plus supporter d'entendre, est tordue dans le sens où ça arrange chacun, et surtout les fémininstes échevelées et vindicatives.
J'aurais tendance à dire : "La femme est l'avenir de l'homme" car !! Et réciproquement.

En fait il faut replacer la phrase dans son contexte :
Aragon, qui aimait aussi beaucoup les hommes Embarassed, est connu pour son engagement politique au PC. C'est un homme très entier et lorsqu'il prend connaissance des horreurs staliniennes, il envisage le suicide. Il a connu la résistance, la guerre d'Algérie etc. Bref, lorsqu'il dit que "L'avenir de l'homme c'est la femme", il faut comprendre qu'il est secoué par la violence de son siècle, qu'il est destabilisé dans ses convictions, et qu'il envisage la femme comme un refuge, une consolatrice, un repère quand la cruauté du monde vous prend à la gorge. La femme (Elsa Triolet plus spécialement) peut redonner un supplément d'âme et un idéal quand tout semble anéanti.
De plus, ce qui est étonnant, c'est que cette phrase est extraite d'un long poème épique retraçant la chute de Grenade, du point de vue des andalous islamisés, en 1490. Voyez un peu le micmac !

_________________
Muse de l'Ordre des Baladins du Royaume
Charmant Cerbère du Dédale Fuégien
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Décorée de la Commémorative de Tourtoirac

"Que dites-vous ?... C'est inutile ?...Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !"
                                              Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
avatar
Clémence
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2287
Age : 46
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 27/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Yann Le Mat le Jeu 12 Fév - 14:14

Clémence a écrit:Frédéric Pikkendorff et Antoine de Tounens préfèrent la compagnie de femmes fantasmées, comme si les femmes bien réelles les effrayaient.
Force est de reconnaître que parfois, si l'on aime à se retrouver entre hommes de la pampa, il y a bien une raison...
Bon j'arrête. Désolé, c'était plus fort que moi.

_________________
king
Vive le Roy !

Yann
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
avatar
Yann Le Mat
Officier de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 706
Age : 43
Localisation : Nouvelle France
Date d'inscription : 25/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lematfamily.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Clémence le Jeu 12 Fév - 14:21

C'est plus facile à l'abri derrière son écran, hein ?
M'est égal, je vous dis... Par contre c'est bizarre, mais j'ai horreur de me retrouver entre femmes, qu'elles soient ou non de la pampa, ça m'exaspère. Je suis peut-être bien misogyne confused

_________________
Muse de l'Ordre des Baladins du Royaume
Charmant Cerbère du Dédale Fuégien
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Décorée de la Commémorative de Tourtoirac

"Que dites-vous ?... C'est inutile ?...Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !"
                                              Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
avatar
Clémence
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2287
Age : 46
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 27/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Yann Le Mat le Jeu 12 Fév - 14:21

Clémence a écrit:J'aurais tendance à dire : "La femme est l'avenir de l'homme" car !! Et réciproquement.
Clémence, je vous trouve un rien réactionnaire, ça ne va pas du tout !
La réciproque que vous évoquez ci-dessus a tendance à être oubliée dpeuis les années 70 et les slogans de l'époque... Et d'ailleurs, est-elle encore vraie ?
Par ailleurs, et si vous me le permettez, je vous soutiendrai dans votre manque d'appétit pour les oeuvres de Ferrat, Ferré et Brel (quoique j'ai entendu récemment le "Port d'Amsterdam" chanté par un promo de St Cyr ; c'était superbe !).

_________________
king
Vive le Roy !

Yann
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
avatar
Yann Le Mat
Officier de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 706
Age : 43
Localisation : Nouvelle France
Date d'inscription : 25/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lematfamily.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Clémence le Jeu 12 Fév - 14:25

Justement, le port d'Amsterdam est l'une des rares que je supporte, avec la valse à 1000 temps, mais ça c'est peut-être peut-être parce que j'aime beaucoup danser (les vraies danses, s'entend !)

Réac' moi ? Allons donc, je suis une rebelle ! En fait, plutôt une insoumise... J'ai passé la majorité de ma vie à me dire : il n'est pas né celui qui me domptera ! Je me trompais, bien sûr...

_________________
Muse de l'Ordre des Baladins du Royaume
Charmant Cerbère du Dédale Fuégien
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Décorée de la Commémorative de Tourtoirac

"Que dites-vous ?... C'est inutile ?...Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !"
                                              Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
avatar
Clémence
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2287
Age : 46
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 27/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Yann Le Mat le Jeu 12 Fév - 14:31

Clémence a écrit:C'est plus facile à l'abri derrière son écran, hein ?
M'est égal, je vous dis... Par contre c'est bizarre, mais j'ai horreur de me retrouver entre femmes, qu'elles soient ou non de la pampa, ça m'exaspère. Je suis peut-être bien misogyne confused
J'allais éditer mon message au moment où vous publiiez le vôtre pour rajouter un commentaire.
Rassurez-vous, mon écran n'a rien à voir là-dedans, je suis comme ça, même en vrai. OUI, vous avez raison de plaindre ma tendre épouse !

Je suis d'accord avec vous pour dire qu'il manque de figures maternelles. Je remarque d'ailleurs que dans "Moi, Antoine de Tounens", on a le point de vue de toute la famille, sans trop insister sur la mère d'Antoine... Je n'ai effectivement pas trouvé la femme refuge.
En revanche, vous dressez une liste des femmes de Raspail : garçon manqué (la bourrine inspiratrice de grandes choses), femme fantasmée (la femme parfaite), pizzaïola (la femme bof), actrice (le charme)... Dans des proportions différentes, soit, mais Raspail y développe de nombreux aspects de la femme, je trouve...


Dernière édition par Yann le Jeu 12 Fév - 20:08, édité 1 fois

_________________
king
Vive le Roy !

Yann
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
avatar
Yann Le Mat
Officier de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 706
Age : 43
Localisation : Nouvelle France
Date d'inscription : 25/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lematfamily.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par ferney le Jeu 12 Fév - 15:06

ferney a écrit: Je lis ' Les Yeux d'Irène' ... l'avez-vous lu ?
Non, et ce n'est pour l'instant pas ma priorité. De plus, ce roman ayant été qualifié de "roman de plage", la motivation pour m'y plonger (!) est faible. Cet été à la plage peut-être ?

Peut-être ... à voir ? En transition, je vous signale 'L'heure de la fermeture dans les jardins de l'Occident' de Bruno de Cessole (Patagon Vice-Consul). A mon sens, il y a un réel rapprochement, au moins 'technique', avec 'Le Jeu du Roi' avec le même envoûtement et là aussi la présence et le rôle d'une femme sont essentiels. Bonne lecture.
avatar
ferney
Commandeur de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 1158
Localisation : Ferney-Voltaire
Date d'inscription : 29/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par André-Yves Bourgès le Jeu 12 Fév - 15:21

Clémence a écrit:
Vous avez décidément une solide culture dans le domaine de la chanson française, en plus du reste, et c'est bien plaisant !
En revanche, ça tombe mal, je n'aime ni Ferrat ni Brel, et vous n'imaginez pas comme c'est difficile de traverser un cursus universitaire littéraire dans ces conditions, car aimer Brel, Ferrat, Ferré et Cie fait partie du Dogme Culturellement Correct ! Mais j'assume.

Merci de votre appréciation, Clémence : je suis assez peu mélomane ; mais j'ai toujours été assez sensible à ce que l'on appelle, avec un peu de mépris, la "chanson populaire", la "chansonnette", du moins pourvu qu'il y ait un texte et que ce texte soit "porté" par la mélodie. J'en ai dit un petit mot au sujet des Ballades de Paul Fort ; mais je serais intarissable si l'on me demandait d'évoquer Rutebeuf, Eustache Deschamps, François Villon ou encore Charles d'Orléans, sans oublier les anonymes comme celui qui a imaginé, sur le rythme du carillon de Beaugency, la célèbre comptine :

Orléans, Beaugency
Notre-Dame de Cléry
Vendôme, Vendôme
Mes amis que reste-t-il
À ce Dauphin si gentil?
Orléans, Beaugency
Notre-Dame de Cléry
Vendôme, Vendôme.


Peut-être n'aimez-vous point Brel, Ferré, Brassens (je laisse de côté Ferrat qui n'est guère auteur, mais plutôt compositeur et interprète), simplement parce qu'ils font partie de la Vulgate culturelle de votre milieu professionnel ? L'éclectisme littéraire de Léon Daudet montre pourtant qu'une autre approche est possible ; mais vous êtes mieux qualifiée que moi pour parler de ces questions...

Salutations patagoniquement trégoroises.

André-Yves Bourgès

_________________
Vénérable Sans Grade Binoclard et Disert, un Tantinet Cuistre
avatar
André-Yves Bourgès
Commandeur de l'Etoile du Sud

Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 11/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.en-bourgesie.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La place des femmes dans l'oeuvre de Raspail

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum