Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Bienvenue à Autre et kolsco!
Mar 15 Aoû - 20:50 par Admin

» Drapeau : symbolique & C°
Lun 31 Juil - 21:48 par Williwaw

» 20000 Messages !
Mer 26 Juil - 13:04 par Admin

» Présentations
Mer 26 Juil - 10:56 par François B.

» Pèlerinage à Tourtoirac …
Lun 24 Juil - 14:15 par Williwaw

» Bienvenue à Frederico!
Sam 22 Juil - 10:11 par Admin

» Bienvenue à Frederico, Lazerwildcat, Ventraterre, Brochard et jean-louis ferrein!
Sam 22 Juil - 10:01 par Admin

» Anniversaire de Jean Raspail
Jeu 6 Juil - 7:21 par Archange

» Jean Raspail et le rêve
Sam 6 Mai - 7:20 par Rodo XV

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland



Parler le Selk'nam au 21ème siècle?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parler le Selk'nam au 21ème siècle?

Message par Admin le Mer 20 Avr - 22:03

Suite au sujet "lancé" - qui a dit comme un Nain par un Elfe? - par François voici ce que j'ai déniché sur la langue des Ona/Selk'nam:


"Chili - Joubert Yantén : Un jeune descendant Ona sauve la langue de ses ancêtres
Francisca Babul Guixé / El Mercurio/ 15 octobre 2006

À 15 ans c’est la seule personne vivante parlant la langue Selknam. Il vient d’éditer deux disques de ses créations.

Comme d’autres peuples autochtones de la Patagonie et de la terre de feu, les Onas (ou Selknam) ont connu une fin tragique. Après des milliers d’années de vie semi-nomade (selon les sources archéologiques : 6000 avant JC) ils ont été victimes des grandes compagnies qui ont envahi la zone sud du Chili à la fin du 19e siècle.

L’introduction des troupeaux de moutons a créé de graves conflits entre les autochtones et les colons, les Onas chassant les moutons comme ils avaient toujours chassé sur ce territoire auparavant, ce qui donna lieu a une guerre d’extermination menée par les colons. Les compagnies payaient même une livre sterling pour les testicules ou les seins d’Onas adultes tués, et ½ livre par oreille.

Jusqu’en 1880, ils étaient environ 4000 personnes, tandis qu’en 1931 l’ethnologue autrichien Martin Guisinde en recensa seulement 84. Cherchant à stopper le massacre, le gouvernement du Chili céda l’île Dawson a des prêtres salésiens et y envoyèrent le peu de Selknam encore vivants. Quelques années plus tard, l’île n’était plus qu’un énorme cimetière, les Onas ayant péri à cause des épidémies.

Avec la disparition de ce peuple tout son héritage culturel a également sombré : cérémonies, rites, musique et surtout la langue qui est aujourd’hui considérée comme éteinte. Malgré tout, certains descendants sont décidés à ce que ce patrimoine ne soit pas oublié.

Un des pionniers de ce sauvetage, c’est Joubert Yantén Gomez, 15 ans mais déjà expert dans l’histoire des cultures de la Patagonie (Onas, Acaules, Yaganes, Tehuelches et Haush).

A 8 ans, alors qu’il ignorait l’existence d’ancêtres autochtones de sa famille, ( ses arrière-grands-parents étaient Selknam et Tehuelches) il entreprenait une recherche sur ces cultures. Un de ses premiers objectifs a été d’apprendre la langue ONA. "Déjà a cet age je trouvais trop triste que la langue ait disparue avec les derniers survivants de l’ethnie ”, explique Joubert.

De cette façon il a contacté des parents et amis de Punta Arenas afin qu’ils lui procurent des dictionnaires et des textes de grammaire et phonétique. “ Quand quelqu’un apprend à construire des phrases, il assimile presque toute la langue, qui est plutôt gutturale. ”

Quelques temps plus tard il a mis la main sur des enregistrements de chants et conversations de Lola Kiepja, la dernière chamane Selknam, décédée en 1966. Ces enregistrements avaient été faits par l’ethnologue franco-étatsunienne Anne Chapman, qui avait connu les deux dernières femmes Selknam.

“ le Ona et le Tehuelche viennent de la même branche, qui s’appelle Tchon. Comme ils se ressemblent, il m’a été facile de les apprendre. Ensuite je me suis intéressé à d’autres peuples, comme les Yaganes, que j’ai toujours admiré parce qu’ils ont réussi à survivre. Le Yagan est plus facile, sa prononciation est plus douce et se rapproche plus des langues européennes. Maintenant, je le pratique avec Christina Calderon, la dernière Yagan. ”

Après avoir appris ces langues, Joubert a entrepris de les diffuser “ j’ai commencé à créer des chansons parce qu’ainsi on peut atteindre plus de gens. En plus leur musique est plutôt méconnue : les Selknam avaient des chants quotidiennes, cérémoniaux et toute une variété de chansons.

Au début sa mère croyait qu’il s’agissait d’un simple passe temps. Mais quand elle a entendu son fils discuter avec un expert universitaire en la matière, elle a été convaincue du contraire. “ J’ai compris alors l’importance des recherches de mon fils et lui ai révélé l’existence de mes grands-parents Ona et Tehuelches. ”

L’an passé, grâce à la collaboration de sa famille Joubert a enregistré un disque “ Kwanyipe le premier Tchon. ” chanté en Ona et Tehuelche et constitué de 11 chansons composées par lui. A la fin de l’année il lancera son prochain enregistrement : Yik’wa vuen kwa haspen , qui signifiue en Selknam “ nous sommes vivants. ” Il contient 12 chansons en Tehuelche Selknam et Haush.

Le chemin n’a pas été facile, les différentes instances qui financent les disques l’ayant écarté pour cause de son jeune age.

Aujourd’hui, Joubert est le seul locuteur Ona existant, grâce à ses efforts et a l’aide de sa famille, en plus de parler le Tehuelche et le Yagan.

A TRAVERS LE MONDE

Selon l’Unesco, plus de la moitié des 6,000 langues existantes courent le danger de s’éteindre. "

_________________
Pierre

Que Vive le Royaume!

"Il faut bien tenter de se rejoindre. Il faut bien essayer de communiquer avec quelques-uns de ces feux qui brûlent de loin en loin dans la campagne."
                                                       A. de Saint -Exupéry

"Si peu de choses dans les mains et tant à portée de la main..." Hélie Denoix de Saint Marc

"son cosas de Patagonia"

Vice-Consul au Beausset-en-Provence, son Ermitage, la Reppe et ses affluents, la Darbousse et la Capucine

Co-Président, Grand maître-Queux du Cercle Royal des Gastronomes Patagons

Décoré de la Commémorative de Tourtoirac

Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des 21 du 18 septembre 2010
avatar
Admin
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2371
Age : 46
Localisation : Le Beausset
Date d'inscription : 18/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://royaume-de-patagonie.meilleurforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parler le Selk'nam au 21ème siècle?

Message par Hennuyer le Jeu 21 Avr - 10:17

Une belle histoire, merci de nous la faire partager Admin!
Une des choses les plus impressionantes étant le jeune âge du garçon
avatar
Hennuyer
Sans Grade

Nombre de messages : 42
Age : 26
Localisation : Hainaut
Date d'inscription : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parler le Selk'nam au 21ème siècle?

Message par Isabelle le Ven 22 Avr - 8:30

oui c'est une bien belle histoire. J'admire la détermination de ce jeune garçon.
avatar
Isabelle
Officier de l'Etoile du Sud

Nombre de messages : 96
Age : 54
Date d'inscription : 24/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parler le Selk'nam au 21ème siècle?

Message par Clémence le Lun 2 Mai - 12:15

Ce jeune homme force en effet l'admiration par sa ténacité et son refus de la fatalité. Il a d'autant plus raison qu'une langue disparaît en moyenne tous les 15 jours dans le monde, ce qui fait 25 langues par an.
Or perdre une langue, c'est perdre avec elle toute une civilisation et un système de pensée qui lui est propre. L'exercice de la traduction permet de se rendre compte à quel point il est parfois difficile de trouver un équivalent. Par exemple, les inuits ont plus d'une dizaine de mots pour désigner la "neige". Si perdre un mot, c'est perdre une idée, alors perdre toute une langue, c'est perdre tout un univers...

Et hop ! un petit lien vers le blog de ce jeune homme

_________________
Muse de l'Ordre des Baladins du Royaume
Charmant Cerbère du Dédale Fuégien
Membre de l'Ordre Commémoratif et Restreint des Huit du 20 Novembre 2008
Décorée de la Commémorative de Tourtoirac

"Que dites-vous ?... C'est inutile ?...Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !"
                                              Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
avatar
Clémence
Officier de la Couronne d'Acier

Nombre de messages : 2287
Age : 46
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 27/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parler le Selk'nam au 21ème siècle?

Message par Isabelle le Lun 2 Mai - 19:27

très intéressant, merci Clémence de nous avoir donné ce lien.
J'ai cru comprendre que ce jeune homme a enregistré des Cd. Peut on écouter la musique qu'il fait?
avatar
Isabelle
Officier de l'Etoile du Sud

Nombre de messages : 96
Age : 54
Date d'inscription : 24/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parler le Selk'nam au 21ème siècle?

Message par ferney le Lun 2 Mai - 20:16

Clémence a écrit: Ce jeune homme force en effet l'admiration par sa ténacité et son refus de la fatalité. Il a d'autant plus raison qu'une langue disparaît en moyenne tous les 15 jours dans le monde, ce qui fait 25 langues par an.
Or perdre une langue, c'est perdre avec elle toute une civilisation et un système de pensée qui lui est propre. L'exercice de la traduction permet de se rendre compte à quel point il est parfois difficile de trouver un équivalent. Par exemple, les inuits ont plus d'une dizaine de mots pour désigner la "neige". Si perdre un mot, c'est perdre une idée, alors perdre toute une langue, c'est perdre tout un univers...
Et hop ! un petit lien vers le blog de ce jeune homme

... j'ai loupé ce message de notre Administrateur et j'en suis confus.
Merci à Clémence de relancer ce sujet, ô combien touchant et qui témoignent vraiment d'un respect de l'histoire - celle-là avec un grand H - et surtout d'un respect que l'on doit à ceux qui l'ont faite et cela sans arrangements économico/politico/mercantilistes plus ou moins bizarres, ce qui, d'ailleurs et hélas, les a conduits à leur perte. Je retiens de Clémence sa remarque 'L'exercice de la traduction permet de se rendre compte à quel point il est parfois difficile de trouver un équivalent'. C'est typiquemment le cas des vocables 'rien', 'néant', 'absent', l'equivalent du 'zéro' qui n'existe pas dans certaines langues - le zéro ne pouvant exister dans certaines civilisations - et qui nous renseignent directement sur les notions essentielles du passé, du futur, de la naissance et avant et de la mort et aprés que pouvaient avoir les locuteurs parfois d'isolats.
avatar
ferney
Commandeur de la Constellation du Sud

Nombre de messages : 1158
Localisation : Ferney-Voltaire
Date d'inscription : 29/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parler le Selk'nam au 21ème siècle?

Message par Hennuyer le Mar 3 Mai - 8:15

Clémence a écrit:
Or perdre une langue, c'est perdre avec elle toute une civilisation et un système de pensée qui lui est propre. L'exercice de la traduction permet de se rendre compte à quel point il est parfois difficile de trouver un équivalent. Par exemple, les inuits ont plus d'une dizaine de mots pour désigner la "neige". Si perdre un mot, c'est perdre une idée, alors perdre toute une langue, c'est perdre tout un univers...
[/url]

C'est clair!
Perdre une langue, c'est aussi perdre l'histoire de son peuple. Prenons la reconstruction de l'indo-européen, grâce à la comparaison de l'ensemble des parlers de la famille indo-européenne on peut dire dans quel milieu (grâce aux noms d'animaux, d'arbres ect) vivaient les proto-indoeuropéens, quelle était leur organisation sociale, les grands axes de leur mythes alors que l'on aborde une époque où l'écriture était inconnue...
Si l'on additionne cela à des disciplines comme l'archéologie ou la génétique, on peut obtenir des résultats impressionnants.
avatar
Hennuyer
Sans Grade

Nombre de messages : 42
Age : 26
Localisation : Hainaut
Date d'inscription : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parler le Selk'nam au 21ème siècle?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum